guilde griotte  Index du Forum
 
 
 
guilde griotte  Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

La vie d'une elfe...

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    guilde griotte Index du Forum -> C'est bien joli de vous connaître, mais encore... ? -> Section Roll Play
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Daï-Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 20 Mai 2011
Messages: 25
Localisation: Bordeaux
Féminin
Grade InGame: Commandante

MessagePosté le: Lun 13 Juin - 18:24 (2011)    Sujet du message: La vie d'une elfe... Répondre en citant


 Imaginez vous, transportés près d'un autre monde... Plus particulièrement, dans le Perfect World... 
Un monde dans lequel, magie et nature restent en équilibre... Chaque créature naissant dans ce monde, se voit doter d'un comportement magique, un pouvoir, un rôle, il est un acteur essentiel, chaque seconde de l'équilibre permanent qui fait que le bien perdure... Et perdurera...


 Malheureusement, une année de fortes pluies, un homme du nom de Rancor, prit l'initiative de créer un mouvement de terreur, appelé la Rancor Force. Constitué des plus grandes créatures, dotées des plus grands pouvoirs magiques existants, ce groupe ne tarda pas à étendre son halo ténébreux sur le Perfect World. Des villages furent brûlés, des peuples massacrés. L'équilibre naturel fut détruit et rompu.


 Face à cette tragédie, trois Dieux se réunirent pour prendre une décision pour intervenir. Il leur aurait été simple, bien sûr, d'intervenir eux même directement sur le Perfect World, cependant le monde n'aurait pas pu résister à leur puissance démusérée. Les Dieux prirent donc la décision d'incarner leur puissance sous la vie d'Héros. Le Dieu Humain, dota son peuple de la magie des éléments et de la dextérité pour le combat aux armes. Le Dieu des Bêtes donna aux tigres et aux renardes la possibilité de vivre sous une apparence humaine, et de devenir de terrifiantes invocatrices ou alors des rocs, encaissant les plus violents des coups. Et de son coté, le Dieu Elf, lui, permit à ses disciples de voler librement dans les airs de leurs propres ailes, mais aussi de pouvoir soigner les blessures et de maitrîser le combat à distance....


 Ayant à leur disposition un nombre limité d'âmes, les Dieux eurent moult querelles avant de s'entendre sur le nombre précis de chaque disciple qu'ils pourraient créer... Les âmes furent partagées... Mais tout ne se déroula pas comme prévu....
 Les Héros les plus puissants devinrent des chefs d'armées, triomphant plus ou moins sur la Rancor Force. D'autres moururent, tandis que d'autres disciples se livrèrent une guerre sans merci entre eux.


 Cependant... Dans ce chaudron grouillant d'âmes... Une seule âme resta inutilisée, étant l'âme qui aurait fait qu'un Dieu en aurait possédé plus qu'un autre. Elle fut donc mise de coté puis vite oubliée...




 Vint un jour, où la lune n'avait plus autant brillé depuis des siècles... L'eau cristalline, reflétait l'éclat de l'astre nocturne... Et sous le regard affectueux de la Lune, cette dernière, vit, l'âme solitaire, oubliée dans le chaudron des âmes. La Lune, voulant profiter de ce joyau, profita de la non-surveillance des Dieux, pour s'emparer de cette âme. Malheureusement, les Dieux le remarquèrent, et pour la punir, décidèrent d'enfermer l'astre dans cette enveloppe charnelle... 


  De l'Alliance entre la Lune et l'argent, je naquis... J'étais la punition des Dieux. La sanction divine, m'avait donnée à ce corps... J'avais perdu une grande partie de mes pouvoirs... Je n'étais plus aussi grande que je l'étais... Mes larmes créèrent des rivières. Mon âme, fusionna avec celle du corps... 


------------------


N'ayant aucun parents... Je fus recueillie enfant, par des elfs, vivant dans les bosquets près de City Of Feather... Chaque soir, je plongeais mes yeux dans La Lune, rêvant de la toucher... De pouvoir m'allonger contre elle... Qui m'était si proche... Dans mon esprit, je lui donnais l'image de ma mère, sans savoir pourquoi. 
Je grandis, développant une envie d'aide des autres, qui me semblaient pourtant si différents de moi. J'étais l'inconnue, la sans-parents. Encore une fois, je sentais des choses, des envies, des idées, mais je ne me les expliquais pas... 


A Suivre...
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Née de l'alliance entre la Lune et la clarté de l'Argent, je déploie mes ailes sur ce monde.
Mes larmes feront de cette terre un lieu pur, et mes flèches tueront ce qui m'en empêcheront.


Dernière édition par Daï-Admin le Mer 15 Juin - 23:40 (2011); édité 1 fois
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Lun 13 Juin - 18:24 (2011)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
globule
Gradés In Game

Hors ligne

Inscrit le: 21 Mai 2011
Messages: 41
Localisation: seine-maritime
Féminin
Grade InGame: capitaine

MessagePosté le: Lun 13 Juin - 18:34 (2011)    Sujet du message: La vie d'une elfe... Répondre en citant

j'adooore continue comme ca, c'est chouette
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -


Revenir en haut
Daï-Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 20 Mai 2011
Messages: 25
Localisation: Bordeaux
Féminin
Grade InGame: Commandante

MessagePosté le: Mar 14 Juin - 15:35 (2011)    Sujet du message: La vie d'une elfe... Répondre en citant

 Les années passèrent, j'avais déjà cinq petites années. Mes ailes avaient quelque peu poussé. Nous vivions dans la crainte permanente que la Rancor Force décide d'attaquer notre maison, comme elle l'a fait pour tant d'autres citoyens... Mais les jours passaient, et la Rancor Force, ne donnait aucun signe de vie. On me parlait des spécialisations des elfs, deviendrais-je une fière attaquante maîtrisant la distance... Ou serais-je une guérisseuse d'élite... Comme beaucoup, qui finissaient morts sur un champ de bataille. Mes questions étaient sans réponses, je ne trouvais pas ma voie. Puis vint ce jour...


 La matinée était radieuse... Le soleil caressait de ses rayons chauds le sol tiède. Les oiseaux géants hurlaient des chants doux dans le ciel. La rivière elle aussi, murmurait des comptines, glissant sur le sable comme une plume sur la peau. L'air sentait un pollen léger. J'étais là, assise dans un arbre, contemplant l'horizon lumineux. Que serais-je... Que deviendrais-je. Le mot Lune, retentissait dans mon crâne, je levais les yeux vers le ciel, elle n'était pas là... Comme une mère absente, des larmes montaient dans mes yeux, alors que le temps passait et que le Soleil commençait à se voiler, de l'ombre fine de la Nuit... 


Je rentrais paisiblement dans ma demeure... Mes parents étaient ici, le mot Lune résonnait encore dans mon crâne. Je lançais un regard par la fenêtre, la Lune n'était pas dans le ciel. Un frisson me parcourut le dos... Mes yeux virent une lumière rouge pourpre venant de l'horizon. Je descendis du rebord de la fenêtre, allant vite prévenir mes parents de cette onde pourpre. Ils se précipitèrent, ma mère se mit à remuer ses mains étrangement. Mon père me fit signe de la main de me cacher sous un meuble en bois bleu. Sans discuter, je m'y glissai, collant ma tête contre mes genoux, repliant mes petites ailes sur moi-même. Mon père se saisit d'une hache au mur. Je fermai les yeux. Seules mes longues oreilles pointues semblèrent pouvoir me guider. Le mot Lune résonna dans ma tête, je sentis au loin, un nuage se mouvoir... La Lune me semblait visible... Puis les yeux fermés, je réussis à voir la pièce. La Lune m'éclaira...


 La porte vola en éclat. Un soldat en armure sombre sortit de la poussière. Il était borgne, portait un casque ouvert sur le visage. Derrière lui, au moins une dizaine de soldats. Tous armés jusqu'aux dents. Les miennes se mirent à claquer... Mon père s'avança vers la porte demandant ce qu'il se passait. Le soldat se poussa, et une flèche siffla non loin de lui, venant se planter dans le buste de mon père. Il s’affaissa, ma mère hurla. Je fis un bond sur moi-même, apeurée. On saisit ma mère par les cheveux, puis l'emmena sur un des destrier sombre qui trônait devant la porte, partant avec le reste de la horde sombre. Une torche fut jetée sur le toit, qui partit automatiquement en feu... Un homme resta devant la maison. 


 Des larmes chaudes coulèrent de mes yeux, coulant jusqu'au repli de mes lèvres. Les gouttelettes n'étaient pas seulement salées, elles avaient gout de sang. Un sentiment nouveau grimpait dans mon corps. Je sentis mes mains se crisper, mes yeux brulèrent. Je toussai, puis entendis le garde resté devant la porte bouger hurlant : " Y'a encore quelqu'un !?". Il traversa le seuil de la maison flambante. A chacun de ses pas, le mot Lune résonnait de plus en plus fort dans mon crâne. Je la voyais désormais, la Lune jusque là si brillante, se couvrir d'un linceul rouge coulant... Une magie s'éveilla en moi. Mes ailes se déplièrent, puis prirent de l'envergure, le soldat me vit sortir de cette cachette misérable. Il tendit aussitôt son arc vers moi, il banda la corde. Puis relâcha une flèche vers moi... Mes yeux s'ouvrèrent.


 Je sentis la pointe enflammée traverser ma poitrine, pénétrer mes entrailles, brûler ma chair. Mes mains tremblèrent. Il tira une seconde puis une troisième flèche vers moi. Toutes vinrent se planter dans ma poitrine. "Lune,Lune,Lune au jour tu te caches, à la nuit tu t'illumines.", cette phrase siffla à l'espace de quelques instants. Je me sentis grandir. Mes formes se développèrent, mes ailes s'élargirent. Je vis le sol de plus haut. Mes doigts et mes mains s’agrandirent. Une magie troublée de sang et d'argent traversa mon corps. Je vis l'histoire de la Lune dans ma tête... Le chaudron, les Dieux, la punition, moi. 


 Deux autres pointes en métal chaud vinrent se loger dans mon corps. L'homme en prépara une sixième, la tira. Je pleurai, la douleur, la Lune... Une de mes ailes s'illumina en l'espace d'un instant, elle para violemment la flèche. Je sentis les pointes s'extirper de mon corps... Chacune a leur tour, elles tombèrent au sol, couvertes de mon sang. Je levai la tête. " Mais qui es-tu toi bordel !? ", l'homme saisit une épée à sa ceinture et fonça droit sur moi. Mes ailes se durcirent une seconde fois, les plumes devinrent lame. Puis se tendirent vers l'homme. Il s'empala dessus. Son sang coula, ses yeux se durcirent sur moi. " Je suis... Je suis, la Nouvelle Lune. " Il agonisa, mes ailes le lâchèrent, il s'affaissa au sol, dans une flaque de sang.


 Ma tunique était déchirée, avant que la maison ne s'écroule sous les flammes, je saisissais une tunique et une cape. Les enfilant en vitesse. Je sortais... La maison s'écroulait, ensevelissant les restes de mon père adoptif. Des larmes brûlantes coulaient de mes yeux, "Lune, sang, vengeance" résonnait dans mon crâne. Repliant mes ailes, les masquant sous la guenille, je voilais mes oreilles de la capuche, m'enroulant dans la cape. Je me mettais en marche...


A suivre..
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Née de l'alliance entre la Lune et la clarté de l'Argent, je déploie mes ailes sur ce monde.
Mes larmes feront de cette terre un lieu pur, et mes flèches tueront ce qui m'en empêcheront.


Revenir en haut
globule
Gradés In Game

Hors ligne

Inscrit le: 21 Mai 2011
Messages: 41
Localisation: seine-maritime
Féminin
Grade InGame: capitaine

MessagePosté le: Mar 14 Juin - 20:24 (2011)    Sujet du message: La vie d'une elfe... Répondre en citant

herooooo, mon écrivain préféré. Continue c'est trop trop bien. Tu devrais en faire un livre de compte, ça ferait un tabac. Okay Okay <3
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -


Revenir en haut
Daï-Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 20 Mai 2011
Messages: 25
Localisation: Bordeaux
Féminin
Grade InGame: Commandante

MessagePosté le: Mer 15 Juin - 19:05 (2011)    Sujet du message: La vie d'une elfe... Répondre en citant

 La nuit, si claire, me semblait douloureusement triste. Sans m'attacher à mes parents adoptifs, ils venaient de partir, en l'espace de quelques secondes... Ma maison avait brûlé, le sang avait coulé... Mon sang avait coulé. Je me retrouvais seule, dans le corps d'une elfe femme, gardant ma vision d'une jeune fille de cinq ans. Mon corps me brûlait, je tenais très mal debout, mon dos développé, ne soutenait pas suffisamment mon ossature sous le poids d'une poitrine que je n'avais jamais demandé. Je n'avais d'ailleurs pas demandé d'avoir une vie comme celle-ci. Mes longues ailes, même repliées sous une cape, traînaient au sol. Les plumes pleine de sang... J'étais à la fois une victime et à la fois une tueuse. -Lune-. Et ce mot, se répétant sans cesse dans mon crâne. Je marchais sûrement depuis des heures, longeant cette rivière paisible. Je mourrais de faim, mes pieds me faisaient atrocement mal. Je sentais la chair cramoisie. 


 M'appuyant sur un rocher, au bord de l'eau, je m'asseyais pour boire un peu... Seulement dans l'eau, j'y vis mon reflet. Je ne pus m'empêcher de faire un bond en arrière. Un choc frontal avec mon visage... Lentement, je dépassai la berge de la tête, penchant de nouveau mon visage au dessus de l'argent liquide. -Lune-. Mes yeux s'ouvrirent. Mes cheveux jusque là blancs étaient devenus mauves... Mes yeux étaient rouge-sang. Tout comme la trace des larmes ayant coulé sur mes lèvres. Mon nez était fin, ma bouche garnie de dents totalement. Deux lèvres grimaçantes... Qu'étais-je devenue ? Plongeant mes mains dans l'eau, je m'aspergeai le visage, massant mes pommettes ensanglantées.


 Je cherchais à faire le point sur ma vie... Abandonnée, seule à l'âge de seulement cinq ans. Je voulais dire hum... Vingt cinq désormais. Mais avec une mentalité d'enfant, ne connaissant rien du monde, n'ayant jamais vu personne hormis mes parents. J'avais tué un soldat, ma mère adoptive, disparue, mon père adoptif, mort. Qu'allais-je devenir... ? Je ne maîtrise pas le combat, ni même les soins.. Finalement, je ne maîtrise rien du tout, même pas mon destin. Des larmes remontaient à mes yeux, enfermant ma tête entre mes mains, je laissais ma tristesse se matérialiser. Peu de temps après, j'enlevais mes mains, constatant qu'elles étaient pleine de sang. La faim me tiraillait, j'étais triste... Je m'évanouissais. Là, nulle part, perdue. Et seule.


 La chaleur timide d'un soleil, vint caresser mon visage. Le hurlement des Dragons célestes traversait l'étendue de l'horizon, le gazouillis de la rivière poursuivait son cheminement. Je me relevais doucement de mon lit végétal, mes longues et fines mains s'étendaient, mes ailes s'étiraient. Il ne me fallut que peu de temps, pour relever le visage, me penchant sur l'eau, voyant que tout était bel et bien vrai, ma croissance n'était pas un rêve, le sang de la veille collait à mes mains, mes joues étaient pourpres. Plongeant cette fois-ci ma tête dans le ruisseau calme, je laissais le froid apaisant, saisir mon visage sous son onde glaciale. Cette paix, me permettait de reprendre mon souffle... La tête dans l'eau...


 Puis soudain, quelque chose me poussa. Je tombai dans l'eau entièrement. Le froid me saisit totalement, je sortis la tête à toute vitesse hors du ruisseau. Puis me retournai. Un homme se tenait là. Debout, les bras le long du corps, le sourire en coin. Une épée scintillait dans sa main, tandis que dans l'autre, une carte en feu s'embrasait.
"Non mais ça ne va pas ?! Qu'est ce qu'il te prend ! J'aurais pu me noyer ! M'exclamais-je.
- Alors que le niveau de l'eau t'arrive aux genoux... Ben voyons ? Répondait-il cyniquement. 
- Ce n'est pas une raison ! Hurlais-je ! Puis qui te permet de faire ça ? 
- Je ne reçois d'ordre de personne, lançait-il. Et encore moins d'une personne non armée. 
- Comment ?! Je suis trempée maintenant... Félicitations.
- Je suis fier de moi. Une chose de faite. Riait-il.
- Nous allons voir ça. Ricanais-je."


 Mes ailes jusque là totalement pliées, s'étaient couvertes d'eau. Elles étaient on ne peut plus trempées. En l'espace d'un instant, je les dépliais. Ses yeux devinrent vides. Puis je les balançais d'arrière en avant. L'homme se reçut une bourrasque d'eau gelée. Puis deux... A chaque battement d'ailes, l'eau se creusait pour s'envoler et atterrir sur lui. Il était trempé comme un chien. Aux poils bleus. Tiens, je n'avais pas vu ça. Ses cheveux étaient bleu clair. 
"C'est bon je me rends ! Lacha-t-il." -Lune-. 


 Peu importe si j'avais réussi à lui rendre la monnaie de sa pièce ou non. Je restais et étais, trempée, de la tête au pied. Ma tunique, s'était gonflée d'eau. Mes cheveux dégoulinaient. 
"Comment vais-je faire maintenant... Mes vêtements sont gorgés d'eau. Je ne peux pas continuer en étant trempée...
- Tu n'as qu'à te déplacer nue. Lachâ-t-il en se passant la main dans les cheveux et en souriant naïvement. Je le fixais méchamment. Bon oublie ça."


 A peine eut-il dit ça, que je faisais glisser mes vêtements, de haut en bas sur mon corps. Sa bouche s'ouvrit, ses yeux grossirent, il se retourna nerveusement, rougissant. 
"Désolé, je ne voulais pas... !
- Tu le dis, mais tu en as peur, ce n'est pas bien de ne pas assumer ses paroles. Dis-je.
- Toi aussi, pourquoi te mettre nue ?! Comme ça, devant moi ?!" 
 Je n'y avais pas pensé, mais si à cinq ans, le tabou ne devrait pas me gêner, j'avais oublié que j'avais désormais un corps de femme. Je pliais mes ailes sur mon corps rapidement, me tournant aussi désormais.
" AAAAAAAAAAAAAAAAAHHHHHHHHHHHHH !!!!!!!!!!!!" Hurlais-je.
 Je ne pensais pas à cela. Extrêmement gênée, je ne savais pas quoi dire, la voix tremblante. -Lune-
" Oublie ça s'il te plait ! lançais-je, confuse.
- Pro-Promis ! Rétorquait-il."


 Comment, après cela, ne pas se sentir mal... Comment allais-je lui expliquer cette action. Je ne pouvais pas, tant pis il oublierait. Ou alors. Ne pas penser à autre chose. Je répétais cette fois-ci le mot Lune dans ma tête. Lune, Lune, Lune... Quelle sotte... Lune, Lune, Lune !! Enveloppée dans ma robe de plumes, je prenais mes guenilles trempées, ayant coulé dans l'eau du ruisseau. Puis les posais sur une branche au soleil.




A suivre... 


 

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Née de l'alliance entre la Lune et la clarté de l'Argent, je déploie mes ailes sur ce monde.
Mes larmes feront de cette terre un lieu pur, et mes flèches tueront ce qui m'en empêcheront.


Revenir en haut
globule
Gradés In Game

Hors ligne

Inscrit le: 21 Mai 2011
Messages: 41
Localisation: seine-maritime
Féminin
Grade InGame: capitaine

MessagePosté le: Mer 15 Juin - 20:35 (2011)    Sujet du message: La vie d'une elfe... Répondre en citant

la suite, la suite, j'y prend goût, c'est génial, on s'y croirait
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -


Revenir en haut
Daï-Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 20 Mai 2011
Messages: 25
Localisation: Bordeaux
Féminin
Grade InGame: Commandante

MessagePosté le: Sam 18 Juin - 23:30 (2011)    Sujet du message: La vie d'une elfe... Répondre en citant

 La matinée passait, nous étions relativement éloignés. Il ne m'adressait pas la parole, et, drapée dans mes ailes, je ne lui parlais pas non plus. Il avait gardé ses habits trempés sur lui. Les miens séchaient. Le hurlement lointain des titans célestes couvrait le silence. Les rayons chauds de l'astre du Jour, venaient s'abattre sur nous. Une brise légère caressait les troncs d'arbre, transportant encore, ce doux parfum de pollen. Le ruisseau s'était tu. Je me sentais gênée, encore. Lui devait peut-être culpabiliser. Je me posais beaucoup de questions sur lui. Etait-il mauvais, était-il doux ? Me voulait-il du mal ou du bien ? Je n'osais plus du tout lui adresser la parole. Il était allongé au sol. Ses yeux s'étaient perdus dans les feuillages d'un arbre au dessus de nos têtes. Il ne bougeait pas beaucoup, je n'entendais même pas sa respiration. Nous étions comme deux blocs gelés, chacun de notre coté, noyés dans le silence morne de la gêne. Je bredouillais des mots dans ma tête... Des "Ne te sens pas gêné" ou bien "Je suis désolée", tout en continuant d'entendre Lune, Lune... J'essayais de m'imaginer sa réaction. Je n'arrivais pas à me décider. Lui adresser la parole ou non. Je m'étais mise dans une position très inconfortable face à lui.


 Le Soleil parcourait sa route habituelle, traversant de part en part le ciel. Nous étions toujours assis, sans rien nous dire. Je ne savais même pas pourquoi restait-il ici. Je me levais, prenant attention à ce que mes ailes ne dévoilent rien de moi. Je m'approchais de la branche où étaient posés mes vêtements. Les guenilles avaient séché, je les défroissais rapidement. Détournant mon regard en arrière, constatant qu'il était encore assis, immobile, froid, silencieux, dans le creux des rayons du Soleil. J'enfilais avec pudeur mes habits réchauffés. 


 "Tu comptes rester allongé longtemps ?" Lui lançais-je. Aucune réponse. "Je suis désolée pour tout à l'heure, je m'en excuse, je ne voulais pas faire ça." Il restait muet. Peut-être s'était-il endormi. Je m'approchais de lui prudemment, craignant une mauvaise farce. Il avait encore les yeux ouverts, tout humides, immobiles eux aussi. Son corps ne remuait pas. C'est à peine si il respirait. D'ailleurs. Pourquoi être si immobile. Je m'abaissais près de lui, le remuant vigoureusement. "Debout, Allez !" J'avais mes mains sur ses côtes, collant à ses habits rouges, trempés. Un rouge particulièrement saisissant d'ailleurs. Une sensation humide particulière d'ailleurs. Puis, une sensation douloureuse me traversait l'esprit. Pour confirmer ce que je pensais, je penchais ma tête vers son torse. Une odeur de sang émanait de l'endormi. 


 Comment cela se pourrait-il ?! Tout à l'heure il me paraissait si vivant. Quoi que, je me souviens de sa réaction à l'eau froide. Oh non?! Comment avais-je pu passer à coté de cela. Des larmes me montaient aux yeux. Pourquoi tout autour de moi s'effondrait ?! Étais-je maudite ?! J'appuyais ma tête contre son ventre, ne sachant que faire. Je sentais son pouls, aussi faible qu'une flamme noyée dans l'eau. Des larmes ensanglantées coulaient de mes yeux, allant s'amalgamer avec les habits de cet étranger. Je tremblais, pleurant toutes les larmes de mon corps, mon souffle haletait, les images de cette nuit... Mon corps, mes parents, la Lune... Encore la Lune. Et ces larmes chaudes, pleines de sang. L'amertume noyait mon âme de chagrin, je voyais mon entourage s'effondrer, mon sentiment de culpabilité. 


 Mon esprit, lui aussi pleurait, j'évacuais mes forces, mon énergie vitale s'épuisait au fil de l'écoulement de mes larmes. Mes ailes se repliaient, recouvrant désormais mon dos. Je me sentais pourtant, baigner dans une lumière de vertu, la vie semblait fleurir près de moi. Mes yeux s'ouvraient. Une lumière pâle et pure, sortait de mes mains. Je sentais l'homme remuer sous mes mains, son pouls s’accélérait, c'était un miracle. Il toussait, reprenant son souffle. Je levais ma tête.


 Je pense que je souriais, oui, je souriais, mais lui grimaçait.La lumière se dispersait, j'allais pour dire quelques mots. Puis soudain, mes mains et mes bras ne semblaient plus retenir mon poids. Je glissais encore, perdant le contrôle sur moi, mon corps s'affaissait. Plus rien.


 Une odeur de fumée, un silence nocturne, une poussière de Lune. Le froid tiède du voile de la Nuit. Quelque chose en plus, une présence. Je me réveillais en sursaut. J'étais allongée près d'un feu de bois, il était en face de moi. Les yeux illuminés. Je me redressais un peu, dépliant mes ailes, dans lesquelles j'étais enveloppée. Il souriait, je souriais. Sans rien dire, nous communiquions quand même. Un voile venait de masquer le mot Lune. Un frisson chaud, qui donne à la fois du bonheur et à la fois la peur de l'échec. Il se levait, venant s'asseoir non loin de moi. Je déplaçais une de mes ailes, lui laissant la place pour m'approcher. Il me tendait sa main, pleine de baies rouges. J'en saisissais une poignée, avec l'appétit d'une personne affamée je les dévorais. 


 Nous nous sourions encore. Je ne savais pas quoi faire. J'étais encore marquée par mon âme d'une fillette de cinq ans, et je me trouvais pourtant beaucoup plus mature. Je me sentais un peu tremblante. J'avais à la fois très froid, et en même temps je bouillonnais intérieurement. Ma main au sol fut très vite rejoint par celle de cet homme. Je sentis ses doigts surmonter les miens,un grand frisson me parcourut le bras. Il était bouillant. Le mot Lune venait de se taire dans ma tête. Sa deuxième main vint se coller sur ma hanche, je me sentis gênée. Puis finalement, il la remonta sur mon corps. Les frissons se firent de plus en plus nombreux.


 Mes yeux s'étaient perdus dans le vide, il enlevait la main qu'il avait sur la mienne, relevant mon menton, plantant son regard dans le mien, j'essayais tant bien que mal de le fuir. Mais il me rattrapait à chaque fois.
 Puis sa main se posa sur ma joue, il rapprocha son visage du mien, je me mordis la langue nerveusement. Mon corps tremblait comme une feuille, lui pourtant avait l'air si sûr de lui. Je n'étais qu'une enfant après tout. Ne prenant attention qu'à mon tremblement, je ne me réveillai que quand ses lèvres furent sur les miennes. Sa chaleur calma mon agitation. Ses mains s'accrochèrent derrière mon dos. J'en fis autant, le penchant sur moi. Mes ailes nous enroulèrent... 


 A suivre ! 

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Née de l'alliance entre la Lune et la clarté de l'Argent, je déploie mes ailes sur ce monde.
Mes larmes feront de cette terre un lieu pur, et mes flèches tueront ce qui m'en empêcheront.


Dernière édition par Daï-Admin le Dim 19 Juin - 08:57 (2011); édité 1 fois
Revenir en haut
globule
Gradés In Game

Hors ligne

Inscrit le: 21 Mai 2011
Messages: 41
Localisation: seine-maritime
Féminin
Grade InGame: capitaine

MessagePosté le: Dim 19 Juin - 00:18 (2011)    Sujet du message: La vie d'une elfe... Répondre en citant

Embarassed c'est trop beauuuuu Okay
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -


Revenir en haut
globule
Gradés In Game

Hors ligne

Inscrit le: 21 Mai 2011
Messages: 41
Localisation: seine-maritime
Féminin
Grade InGame: capitaine

MessagePosté le: Dim 19 Juin - 00:33 (2011)    Sujet du message: La vie d'une elfe... Répondre en citant

mais serais-ce........?
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -


Revenir en haut
Daï-Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 20 Mai 2011
Messages: 25
Localisation: Bordeaux
Féminin
Grade InGame: Commandante

MessagePosté le: Mer 29 Juin - 03:23 (2011)    Sujet du message: La vie d'une elfe... Répondre en citant

 Alors que les larmes avaient noyé mes tristes heures, je sentais désormais autre chose en moi. Une flamme, brûlante certes, mais trop agréable pour vouloir s'en séparer. Et lorsqu'il m'avait saisie, je n'avais pu résister de faire la même chose. Mon âme grandissait et s'éveillait minutes par minutes... Découvrant de nouvelles sensations et de nouveaux aspects de mon corps.


 Et c'est quand, mes longues ailes nous recouvrèrent, que je me laissai faire. Ses lèvres mordirent les miennes plus d'une fois, créant quelques frissons dans mon dos, que ses mains réchauffèrent rapidement. Mon nez caressa le sien, je gardai les yeux fermés, continuant de l'embrasser. Mes mains, entrèrent dans son haut de tunique. Il se souleva un instant de mon corps, puis se recolla dessus. Mes doigts longèrent ses côtes, le faisant lui aussi frissonner, puis allèrent se poser vers ses épaules, le massant. Je sentis ses mains se déplacer aussi, ne sachant trop quoi faire ou dire, je le laissai progresser. Il longea mes hanches, puis sans trop de difficultés, rentra dans mon haut. 


 Tout au long de son ascension, vers le haut de mon corps, je revis les évènements qui avaient marqué les quelques jours précédents. Le sang, le feu, l'eau, les frissons, la vie, la mort. Tout ceci restait confus, mais je comprenais maintenant que vivre au maximum l'instant présent était plus qu'agréable quand on faisait le tri avec les autres. La Lune, dans mon esprit, brillait d'une pureté incroyable. Le blanc que je voyais, devenais rose pâle. Puis une sensation me faisait quitter mes songes. Ses doigts saisissaient désormais ma poitrine. Je ne savais rien de lui, il pouvait être n'importe qui, n'importe quoi. Bon ou mauvais, mais quoi qu'il en était, le fait qu'il avait ses mains, à cet endroit là, remuant doucement ses doigts sur ma poitrine si récente, créait en moi, une flamme supplémentaire.


 Le duvet doux de mes ailes, caressait nos deux corps, nous protégeant de l'extérieur, conservant au mieux cette chaleur, si intense et agréable. Sa langue chatouillait la mienne, j'ouvrais les yeux, il ouvrait les siens. Il rougissait et moi aussi, je me sentais bouillir du visage. J'enlevais une main d'une de ses épaules, la passant dans ses cheveux, le collant contre mon visage, comme si il était encore trop loin de moi. Ses doigts venaient de s'arrêter, il saisissait les bouts de ma poitrine, les tirant et les pinçant en douceur. Je tirais une de mes jambes, mon ventre se crispait, je me sentais étrange tout d'un coup. Une toute autre sensation venait d'agiter mon corps. Aussi indescriptible qu'agréable, elle me faisait plier. Mon souffle diminuait, je n'arrivais pas à ne plus remuer. Ses lèvres devenaient presque intouchables. Je ne contrôlais plus totalement mes mouvements, mes doigts s'accrochaient à ses côtes. 



 Un accoup saisit mon corps. Ses lèvres vinrent remordre les miennes, ses doigts remuèrent comme jamais. Des larmes de plaisir coulaient de mes yeux. C'était ça ! Du plaisir, une masse de plaisir, tellement abondant, que tout mon corps tremblait. Mes mains avaient glissé, s’agrippant à sa taille. Je ne connaissais en rien les hommes. Je continuais de me laisser faire. Seulement, je ne pouvais plus contenir ce plaisir. Comme le mouvement d'un éclair lorsqu'il s'écrase au sol, une sensation se propagea à une vitesse folle dans mon corps. Passant dans mes mains, dans mon dos, et dans mes ailes. Une lumière blanche quitta mes mains, mes ailes prirent les couleurs d'un arc en ciel, je poussai un glapissement de plaisir totalement incontrôlé.


 Mon corps ne pouvait plus maintenir cette flamme. Je le poussais, me collant sur lui. Ses mains s'enlevaient de ma poitrine, mes dents se plantaient dans son cou, profitant de cette seconde pour souffler une gorgée d'air chaud. Notre lit de plumes multicolores, avait suivi le mouvement. J'étais désormais sur cet homme. Ma bouche suçant son cou, mes doigts appuyant son torse. Il avait placé les siennes au bas de mon dos. Cela ne me gênait pas. La lumière pâle, continuait de sortir de mes mains. A la cadence du plaisir dans mes veines, je sentais la magie en moi s'incruster partout. Je remuais nerveusement, tandis que lui, avaient les yeux qui brillaient. Tout était bien, sous mes ailes, nos lèvres se mêlaient encore. Nos langues se caressaient, le plaisir était croissant. Seulement...


 Un hurlement retentissait, nous sursautions. La Lune me parlait, me montrant la bannière sanglante des hommes qui avaient tué ma famille. Le plaisir immense lié aux souvenirs, faisaient naître en moi, un sentiment de vengeance immense, pour cette interruption. Je glissais un baiser sur les lèvres de cet homme. Encore, Mordant sa lèvre. Puis me  soulevais. 


 Dépliant mes ailes au maximum, je dégageais mon champ de vision, pour voir devant moi, une dizaine d'hommes accroupis, tenant des armes à flèches. Non pas des arcs, cette fois-ci une sorte de croix en bois, surmontée de plusieurs flèches. Un baissait la main et tous tiraient. Sans rien faire, je sentis la Lune brûler en moi. Mes ailes se durcirent, parant tous les projectiles d'un mouvement. Je vis une boule de feu, passer sous moi. Se séparant en plusieurs et allant s'écraser sur les soldats. L'homme avec qui mon corps avait réagi était surement un mage. Il incanta une seconde fois une formule. Laissant s'écraser sur les quelques hommes debout, un dragon d'eau, tel qu'on le voit dans les livres de magie et de légende. Sans prêter attention autour de moi, je sentais une lame me transpercer le corps.


 Le mage hurla, je me contentai de saisir cette lame, sentant monter en moi, la foudre et les flammes. Le métal de la lame, prit une couleur blanche, et pointant l'épée vers l'homme, je la jetai. Elle prit par une déflagration une vitesse folle, allant mâcher le torse du soldat, puis l'entourant d'une chaîne de foudre. Il s'affaissa. Jonchant comme les autres, le sol forestier. Le mage vint se coller contre moi, cherchant la plaie de l'arme. Il ne trouva rien, sourit...


 A Suivre...
  
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Née de l'alliance entre la Lune et la clarté de l'Argent, je déploie mes ailes sur ce monde.
Mes larmes feront de cette terre un lieu pur, et mes flèches tueront ce qui m'en empêcheront.


Revenir en haut
globule
Gradés In Game

Hors ligne

Inscrit le: 21 Mai 2011
Messages: 41
Localisation: seine-maritime
Féminin
Grade InGame: capitaine

MessagePosté le: Mer 29 Juin - 20:22 (2011)    Sujet du message: La vie d'une elfe... Répondre en citant

Okay Okay Okay
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 03:01 (2018)    Sujet du message: La vie d'une elfe...

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    guilde griotte Index du Forum -> C'est bien joli de vous connaître, mais encore... ? -> Section Roll Play Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template lost-kingdom_Tolede created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com